MENU
  • Tout commence avec l’ancêtre fondateur Jan-Leonard Moortgat qui, en 1871, crée la ferme-brasserie Moortgat avec son épouse. Au tournant du siècle, Moortgat n’est que l’une des 3000 brasseries actives en Belgique.

    Au début, Jan-Leonard connaît des hauts et des bas, mais ses bières de haute fermentation sont très appréciées à Puurs et dans la région. Très rapidement, ses bières séduisent également la bourgeoisie bruxelloise.

  • Les affaires prospèrent et les deux fils de Jan-Leonard, Albert et Victor, rejoignent leur père à la brasserie. Les tâches sont clairement réparties : Albert devient brasseur, Victor se charge de la distribution en se rendant à Bruxelles avec une charrette attelée.

  • Au cours de la Première Guerre Mondiale, les Belges découvrent les bières anglaises, les « Ales », qui jouissent alors d’une assez grande popularité. 

    S’inspirant du succès des ales anglaises, Albert décide de créer une bière spéciale sur le modèle anglais.

  • Pour fabriquer cette ale, Albert ne veut utiliser que les meilleurs ingrédients. 

    Il se rend en Écosse pour obtenir un échantillon de cette levure spécifique. Là-bas, il se heurte à la résistance des brasseurs locaux. Après une véritable odyssée dans d’innombrables brasseries locales, il parvient finalement à se procurer l’échantillon tant convoité. Aujourd’hui, la levure utilisée est toujours cultivée à partir de la même souche !

  • Les 2 frères continuent leurs recherches et expérimentations, jusqu’à obtention de la recette parfaite. 

    La nouvelle bière est d’abord appelée « Victory Ale » pour commémorer la fin de la Première Guerre Mondiale.

  • Cette nouvelle bière surprend véritablement. Lors d’une dégustation avec les notables du village, le cordonnier Van De Wouwer, très surpris par les puissants arômes de la bière, s’exclame : « C’est un véritable diable » (un « duvel »).

    Une inspiration divine ? À partir de 1923, la bière est commercialisée sous ce nom. Un acte audacieux dans la Flandre catholique de l’époque !

  • Cette bière, tout simplement unique, attire l’attention, y compris au niveau international.
    La production de Duvel s’intensifie, de même que son statut international. Les Pays-Bas sont le premier pays à tomber sous le charme de la bière spéciale.

    Le petit frère de la Duvel classique voit le jour dans les années 60 : la Duvel verte. Cette bière, qui fait l’objet d’une fermentation unique, est plus légère et connaît un énorme succès dans les cafés proches de la brasserie.

  • La troisième génération de Moortgat (Bert et Marcel Moortgat, et les deux frères Leon & Emile Moortgat) est convaincue qu’une bière unique mérite un verre unique. Fin des années 60, le verre Duvel devient le premier verre de dégustation en forme de tulipe. Ce nouveau verre, qui n’est pas sans rappeler le verre de dégustation du vin, devait notamment pouvoir contenir l’intégralité d’une bouteille de 33 cl. Aucun verre de cette contenance n’existait jusqu’alors. Le verre est conçu pour faire de la dégustation de la bière une expérience encore plus intense. La forme ronde sublime le goût et l'arôme de la Duvel, et le rétrécissement du verre vers le haut contribue au maintien du dioxyde de carbone et donc du col de mousse.

  • La famille Moortgat investit continuellement dans la brasserie pour garantir une qualité parfaite de la bière. C’est l’une des raisons pour lesquelles Duvel est considéré dans le monde entier comme la référence en matière de bières spéciales avec refermentation en bouteille.

  • En 1923, la production de la Duvel avait débuté par quelques caisses. De nos jours, cette bière ravit de nombreux amateurs dans le monde (plus de 60 pays). Aujourd’hui encore, la bière est brassée avec un profond respect de la recette originale et des phases de maturation.

Voir la vidéo

L'histoire
en images